La Grêle

Elle représente la plus grosse menace, d'avril à septembre.

Le verger est touché chaque année, légèrement la plupart du temps.

 

   
   Gros orage sur le Lauragais  Une demi-heure plus tard

Conséquence de l'élévation de température

  • Disparition des gelées printanières : inutile d'en protéger les pêches depuis 15 ans.
    Exception d'avril 2017 : -3° sur une végétation en avance de deux semaines, récolte détruite entièrement, c'est une première sur pommes.
  • Avancement de 2 semaines de la date d'ouverture des fleurs de pommiers en 40 ans, et chute plus tardive des feuilles en automne : La saison de taille s'en trouve raccourcie d'autant, de même pour le repos hivernal des fruitiers.
  • Pommes et poires brûlées par le rayonnement plus intense.
  • Plus grosse demande en irrigation, associée à une pluviométrie plus faible, à part pour ces deux dernières années (2013 à 2014), bien arrosées en janvier et juin.
  • En 2003, une proportion importante de pommes précoces n'était pas commercialisable, et l'irrigation n'avait pas pu suivre : La demande quotidienne a pu atteindre 15 mm.
  • En 2016, des températures encore excessives ont fait brûler et chuter les pommes reinettes, que nous commençons à arracher.

 

 
Pommes brûlées, août 2012   Octobre 2015  Reinettes, septembre 2016